AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une sale guerre contre l’intelligence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jamesbond



Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Une sale guerre contre l’intelligence   Dim Mar 16 2008, 08:45

Il y a 46 ans, l’assassinat des inspecteurs des Centres sociaux
Une sale guerre contre l’intelligence


Le 15 mars 1962, soit trois jours avant la signature des Accords d’Evian qui allaient mettre fin à la guerre d’Algérie, l’Organisation de l’armée secrète (OAS), farouchement opposée à toute idée d’indépendance de l’Algérie, prit d’assaut le Château-Royal à El Biar où s’étaient réunis les inspecteurs des Centres sociaux, un organisme créé par Jacques Soustelle avec l’assistance de Germaine Tillion.

Les assaillants firent sortir six personnes en les appelant par leurs noms pour les aligner face à un mur et les fusiller. Les six inspecteurs sont : Mouloud Feraoun, Max Marchand, Marcel Basset, Robert Eymard, Ali Hamoutene et Salah Ould Aoudia.

Ces inspecteurs faisaient partie de ceux qui espéraient fonder un dialogue culturel entre les communautés en présence en aidant les plus pauvres et les plus démunis. Ils voulaient servir de passerelle entre ceux que l’histoire et les vicissitudes de la vie opposaient par les armes. Une entreprise humaniste bâtie sur la fraternité et la paix. Ils étaient sans aucun doute les victimes expiatoires d’un ordre violent, imparable et irrésistible inscrit sur le fronton d’un pays qui n’avait d’autre alternative pour accéder à sa liberté que l’ultime solution : la révolte armée. Les ultras ne pouvaient imaginer un seul instant, qu’après 132 ans d’occupation, de jouissance de privilèges et de négation de l’indigène, il puisse surgir un nouvel ordre qui redonnerait la dignité aux autochtones et la parole aux gueux.

Dans une lettre à Emmanuel Roblès, écrivain et ami de

M. Feraoun, Ali Feraoun écrit à propos de son père, le lendemain du drame : «Je l’ai vu à la morgue. Douze balles, aucune sur le visage. Il était beau, mon père, mais tout glacé et ne voulait regarder personne. Il y en avait une cinquantaine, une centaine, comme lui, sur les tables, sur des bancs, sur le sol, partout. On avait couché mon père au milieu, sur une table». Jean Amrouche, moins d’un mois avant sa mort le 16 avril 1962, écrivait dans un message :

«Traîtres à la race des seigneurs étaient Max Marchand, Marcel Bassset, Robert Eymard, puisqu’ils proposaient d’amener les populations du bled algérien au même degré de conscience humaine, de savoir technique et de capacité économique que leurs anciens dominateurs français. Criminels, présomptueux, Mouloud Feraoun, Ali Hamoutene, Salah Ould Aoudia qui, s’étant rendus maîtres du langage et des modes de pensée du colonisateur, pensaient avoir effacé la marque infâmante du raton, du bicot, de l’éternel péché originel d’indigénat pour lequel le colonialisme fasciste n’admet aucun pardon. Voilà pourquoi les six furent ensemble condamnés et assassinés par des hommes qui refusent l’image et la définition de l’Homme, élaborées lentement à travers des convulsions sans nombre par ce qu’il faut bien nommer la conscience universelle».

Dans l’introduction à la réédition par l’ENAG de «L a terre et le sang», Mouloud Mammeri écrivait à propos de l’assassinat de Feraoun : «Le 15 mars 1962, au matin, une petite bande d’assassins se sont présentés au lieu où, avec d’autres hommes de bonne volonté, il travaillait à émanciper des esprits jeunes ; on les a alignés contre le mur et…on a coupé pour toujours la voix de Fouroulou. Pour toujours ? Ses assassins l’ont cru, mais l’histoire a montré qu’ils s’étaient trompés, car d’eux il ne reste rien…rien que le souvenir mauvais d’un geste stupide et meurtrier, mais de Mouloud Feraoun la voix continue de vivre parmi nous».

Le fils de Salah Ould Aoudia, Jean-Philippe, ne cesse, lui, de chercher la vérité à propos de ce massacre et de réclamer que justice soit faite. En 1992, il fit paraître un livre intitulé : «L’assassinat de Château-Royal» (éditions Tirésias) du nom du lieu qui abritait les Centres sociaux. Dans une contribution qu’il a faite à l’ouvrage collectif «Elles et eux et l’Algérie» (éditions Tirésias-2004), il note : «Le massacre des Centres sociaux éducatifs est un acte dont les tueurs sont tous si fiers qu’à ce train-là tous les sicaires de cette organisation déclareront un jour qu’ils ont tiré sur les six enseignants des Centres sociaux éducatifs. En toute impunité ! En effet, je ne peux pas, juridiquement, poursuivre un seul de ces onze ‘’salopards’’ qui s’autoproclament assassins de mon père et de ses compagnons. Cette indécente impunité des criminels trouve son origine dans les quelque soixante articles détaillant les lois d’amnistie successives qui témoignent de la bienveillance de la République, sans cesse renouvelée, à l’égard de ceux qui ont pourtant voulu la renverser. Merci aux généreux dispensateurs d’amnistie…

Ces pardonneurs, toutes tendances politiques confondues, animés du seul souci de l’unité de la nation, se sont-ils préoccupés de ce que pouvait ressentir les citoyens hostiles à l’OAS et les victimes de cette organisation terroriste ? Et que dire de l’écœurante complaisance à l’égard des tueurs de l’Organisation que celle des médias qui écartent systématiquement le contrepoids que pourraient constituer les témoignages des victimes, face à un Jacques Susini, par exemple, pilier des émissions sur l’OAS et directement impliqué dans le crime de Château-Royal ? L’affaire du général Aussaresses est significative de la prééminence du bourreau au sein de notre société (…) Eh bien, sans que rien ne nous ait préparé, il a suffi qu’un vieux général borgne proclame haut et fort les multiples exactions par lui commises et ordonnées à ses équipes de ‘’spécialistes en liquidation sommaire’’ pour que l’opinion publique franchisse cet obstacle qu’on pensait insurmontable et admette que la ‘’question’’ préalable avait été restaurée par la France pendant la guerre d’Algérie. La parole du tortionnaire a été plus convaincante que celle du supplicié, de l’intellectuel et de l’historien le plus éminent».

En 1998, une association a été créée en France à la mémoire de Mouloud Feraoun et de ses cinq compagnons assassinés pour pérenniser le souvenir de ces humanistes tués dans l’exercice de leurs fonctions et pour entretenir la mémoire autour des idéaux qui étaient les leurs par tous les moyens possibles (conférences, distributions de prix, publications,…). L’association compte «poursuivre l’œuvre humanitaire qu’ils avaient entreprise dans le sens de la fraternité et de la paix, et honorer également toutes les au-tres victimes de l’intolérance et du fanatisme».

Mouloud Feraoun face à la presse

Mouloud Feraoun a eu beaucoup d’entretiens avec des journalistes ou des écrivains illustres, à l’image d’Albert Camus. Il a même un enregistrement à la télévision (ORTF) datant de la fin des années 1950. Pour un homme de lettres, cela fait partie des activités ordinaires liées au métier tendant à susciter débats et controverses et allant, aussi, dans le sens de la promotion de sa propre production.

Pour Mouloud Feraoun, l’entretien journalistique n’obéit pas à une simple formalité dictée par «le marketing», pourtant nécessaire, ni à un ludique échange de questions/réponses. C’est plutôt la continuité, le prolongement de l’homme lucide, humble et humaniste qui s’était investi dans l’écriture, l’éducation des jeunes générations et la promotion des Centres sociaux. Quatre jours avant le cessez-le-feu, il paya de sa vie sa générosité, son engagement humaniste et son honnêteté intellectuelle. Mouloud Feraoun a été un témoin privilégié d’un des conflits les plus sanglants du 20e siècle après les deux Guerres mondiales. Témoin ? Pas seulement. Dans la tourmente indescriptible où il n’y a pas que des héros et des traîtres, l’écrivain devient acteur même si, par des efforts surhumains, il essaie de casser les ressorts de cette dichotomie et de ce manichéisme réducteurs. Pour cela, il suffit de feuilleter le «Journal» que Feraoun avait tenu entre 1955 et 1962 pour se rendre compte des déchirements et de la lucidité précoce du fils de Tizi Hibel. L’environnement journalistique, à la périphérie de la littérature, qui régnait à la fin des années 1940 et tout le long des années 1950 était caractérisé par le réveil de la conscience européenne faisant suite à la déchéance des valeurs humaines et morales ayant marqué la Seconde Guerre mondiale. Les écrits et témoignages relatifs à cette période ont, en quelque sorte, balisé le champ intellectuel de ce que sera l’Europe pendant les décennies suivantes (coexistence pacifique, humanisme, lutte contre le révisionnisme en histoire,…).

Les grands auteurs ayant marqué ce bouillonnement médiatico-littéraire étaient, entre autres, Jean Paul Sartre, Albert Camus, André Malraux, Simone de Beauvoir, Raymond Aron, André Gide et François Mauriac (ce dernier était le premier à utiliser, dans le journal «Le Figaro» le terme Holocauste, avec grand H, pour désigner le massacre des juifs par les nazis. En hébreux, c’est la Shoah).

Mouloud Feraoun, écrivain «indigène», instituteur du bled ayant décroché une place au soleil, ne fait pas partie évidemment de cet «aréopage» même s’il est pétri des mêmes valeurs humanistes, laïques et républicaines que ces illustres hommes et femmes de lettres. Comme il l’exprime dans ses œuvres et dans ses entretiens, Feraoun traite de l’homme kabyle, de la Kabylie et de la kabylité en les inscrivant dans la grande épopée de l’humanité avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses grisailles, ses imperfections et son élévation. Cette spécificité/universalité n’est pas familière des esprits engoncés dans la vie mondaine et les airs de villégiature.

M. Mammeri s’adresse à Feraoun en ces termes : «Mais, vieux frère, tu en as connu d’autres ; tu sais que pour aller à Ighil Nezman, de quelque côté qu’on les prenne, les chemins montent. Et puis après ? Tu sais aussi que les hauteurs se méritent. En haut des collines d’Adrar n nnif, on est plus près du ciel». Tahar Djaout dira de lui: «Malgré cette carrière brisée (par la mort), M. Feraoun restera pour les écrivains du Maghreb un aîné attachant et respecté, un de ceux qui ont ouvert à la littérature nord- africaine l’aire internationale où elle ne tardera pas à inscrire ses lettres de noblesse. Durant la guerre implacable qui ensanglanta la terre d’Algérie, M. Feraoun a porté aux yeux du monde, à l’instar de Mammeri, Dib, Kateb et quelques autres, les profondes souffrances et les espoirs tenaces de son peuple. Parce que son témoignage a refusé d’être manichéiste, d’aucuns y ont vu un témoignage hésitant ou timoré. C’est, en réalité, un témoignage profondément humain et humaniste par son poids de sensibilité, de scepticisme et d’honnêteté. C’est pourquoi, cette œuvre généreuse et ironique inaugurée par ‘’Le Fils du pauvre’’ demeurera comme une sorte de balise sur la route tortueuse où la littérature maghrébine a arraché peu à peu le droit à la reconnaissance. C’est une œuvre de pionnier qu’on peut désormais relire et questionner».

Par Saâd Taferka
Source: Le jour d'Algerie du 16/03/2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salim
Fondateur du Forum


Masculin Nombre de messages : 3348
Localisation : Dellys - Algérie
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une sale guerre contre l’intelligence   Lun Mar 17 2008, 05:35

L'histoire retiendra ce triste événement. Ces personnalités ont milité pour une Algérie libre mais n'ont pas goûté à la joie de l'indépendance (assassinés 3 jours avant la signature des accords d'Evian).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dellys.superforum.fr
Jamesbond



Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une sale guerre contre l’intelligence   Lun Mar 17 2008, 06:03

C'est bien dit Salim.
D'autres aujourd'hui ont la joie de la vivre cette indépendance mais la gaspille complètement.

C'est triste et dommage pour un si beau pays et magnifique peuple.

Salutations
James
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
murien



Nombre de messages : 197
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Une sale guerre contre l’intelligence   Lun Mar 17 2008, 10:58

46 ans après on patauge encore dans la boue!!!
et cette autre guerre qui n'en fini pas.16 ans! mine de rien.
fellag a bien dit oui en 1962 je l'ai vu passer en courant (l'indépendance)
mais je ne sais pas si elle arrivait ou elle partait!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

i
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salim
Fondateur du Forum


Masculin Nombre de messages : 3348
Localisation : Dellys - Algérie
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une sale guerre contre l’intelligence   Lun Mar 17 2008, 14:36

Merci Murien de nous avoir rappelé ce passage de Fellag.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dellys.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une sale guerre contre l’intelligence   Aujourd'hui à 13:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Une sale guerre contre l’intelligence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Histoires et histoire] Contre-torpilleur Le Malin
» la guerre contre chahboubi
» Brigitte en guerre contre la viande halal
» Eléa en guerre contre la Shantala....
» Lactalis... la guerre est déclarée!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: C U L T U R E :: PENSEES A RETENIR-
Sauter vers: