AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Zemmouri El Bahri (Boumerdès)..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eddelssi

avatar

Masculin Nombre de messages : 395
Localisation : Dellys
Emploi : Enseignant
Loisirs : Lecture,Jogging,internet.....
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Zemmouri El Bahri (Boumerdès)..   Mar Aoû 03 2010, 05:04

Zemmouri El Bahri (Boumerdès)
Le prix de la sardine inabordable.


La rareté du produit en mer persiste depuis plus de trois années et serait les principales causes de cette flambée de prix du poisson.

Le prix de la sardine est toujours inabordable. Sur le site, au port de Zemmouri pourtant spécialisé dans la pêche de la sardine, son prix varie entre 180,00 DA et 250,00 DA le kg suivant les jours et la quantité de poisson pêchée. Dans d’autres régions de l’intérieur du pays, il serait vraisemblablement beaucoup plus élevé. Et pourtant, dans un passé récent, la sardine est l’unique espèce marine à la portée de toutes les bourses. Une époque où les chefs de famille rassemblaient tous les membres autour d’un feu de braises rougeoyantes, pour s’offrir une grillade et manger à leur faim. Les mareyeurs qui sillonnaient les ruelles des quartiers se sont tus pour changer carrément d’activités.

La rareté du produit en mer persiste depuis plus de trois années et serait la principale cause de cette flambée du prix du poisson. Un phénomène jamais élucidé où aucune solution n’est trouvée, bien que des suppositions soient commentées par les responsables, à tous les niveaux, du secteur de la pêche et qui ne trouvent aucune solution.

Les professionnels et les patrons pêcheurs justifient le manque du produit aux moyens inexistants en matière de pièces de rechange et d’équipements.

«Les ballons pour filet sont introuvables sur le marché», dira Fodil, un armateur au port de pêche de Zemmouri. D’autres parmi ces derniers soulèvent le nombre d’embarcations de pêches (les sardiniers) et les ronflements des moteurs qui font fuir, poussant les colonies de poissons à s’engouffrer dans les profondeurs des eaux marines. Un marin se rappelle qu’à cette période de l’année, le poisson est abondant. Ajoutant, en l’absence de clients et de preneurs, le poisson est rejeté à la mer. Une époque où l’offre était supérieure à la demande. Ammi Ahmed, un sexagénaire, se rappela qu’il invitait des amis d’Alger pour une grillade à la forêt du Sahel. A leur arrivée, tout est prêt, le feu allumé, la sardine assaisonnée, les kilos d’oignons et le citron. Ces derniers ne ramenaient que les boissons gazeuses, le vrai selecto «Hamoud Boualem». Même les restaurants spécialisés trouvent de la peine pour s’approvisionner en poisson et satisfaire leur clientèle, bien que cette dernière soit moins nombreuse.

La cherté du produit de mer en est la principale cause. D’autres, devant le manque de produit, n’ont trouvé mieux que de changer de spécialité pour se convertir en pizzeria. La gargote du front de mer, pourtant spécialisée, offre un plat de douze sardines à pas moins de 100,00 DA. Chère, dira Mustapha, le propriétaire du restaurant, les clients ne se bousculent pas, comme par le passé.

Lesquels viennent en famille des villes avoisinantes de Bordj Menaiel, Thénia, Boumerdès spécialement pour déguster nos plats du jour. Notre sort est entre les mains des pêcheurs et le produit de leur pêche. Nous sommes à leur merci, nous subissons le même sort qu’eux.

Par A.Kichni

Le Jour
3.8.2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zemmouri El Bahri (Boumerdès)..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attestations de Mai 2012 à Mars 2013
» Décès de CHEHROURI Fatima

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: