AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Afir (daira de Dellys): le chomage dépasse les 40%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azem



Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Afir (daira de Dellys): le chomage dépasse les 40%    Lun Juil 19 2010, 19:33


Notre commune d'Afir s’étend sur une superficie de 60 km2 et compte 24 villages pour une population estimée à 20 000 âmes.



el watan
Commune d’Afir (Boumerdès) : Des villages à l’abandon
Routes dégradées, absence de transport, manque d’eau potable et chômage galopant figurent parmi les nombreux problèmes que vivent les villageois.

Les villages de la commune d’Afir, située à 80 km à l’est de Boumerdès, sont confrontés à de multiples problèmes. Routes dégradées, absence de transport, manque d’eau potable et chômage figurent parmi les difficultés qui empoisonnent le quotidien des citoyens. Les villages Tadount et Tomjaj, situés à 8 km du chef-lieu de la commune vivent des problèmes qu’ils n’ont pas cessé de soulever et de dénoncer depuis l’indépendance. « Notre village n’est pas encore raccordé au réseau d’alimentation en eau potable. En été, c’est l’APC qui assure une rotation de camions-citernes pour nous approvisionner en eau. L’opération débute au mois de juin et prend fin en septembre. Même les routes menant aux sources qui se trouvent dans la région sont impraticables. Et la pénurie se fait également sentir en hiver », nous dit un habitant. « Nos responsables nous promettent à chaque fois de raccorder notre commune au système de transfert d’eau de Taksebt, mais rien n’est fait pour le moment », dénonce un autre. « Les écoles ne sont pas toutes chauffées et nos enfants sont durement frappés par ce problème », dit un parent d’élève.

Les lycéens doivent attendre des heures sur la route pour trouver un transporteur clandestin pouvant les déposer au chef-lieu. Tomjaj, Tissira et une partie de Tadount n’est pas dotée d’un réseau d’assainissement. Le chemin reliant Ouled Belhizem à Afir en passant par Abada est dégradé. Une partie seulement a été revêtue dernièrement et le reste de la route demeure parsemé de nids-de-poule et de crevasses. Plusieurs affaissements se sont en outre produits à différents endroits. Les pluies de l’hiver 2009 ont mis à nu les défauts de réalisation des travaux de revêtement.

En effet, l’on a enregistré d’importants glissements de terrains dus à l’absence d’ouvrages d’évacuation des eaux pluviales. La route est pratiquement coupée à Tissira à cause d’un important affaissement de terrain. « Nous avons demandé la réfection de la route à cet endroit, mais les autorités ont procédé à de légers aménagements qui ne règlent pas le problème », disent les habitants. Le même problème se pose aussi à Tomjaj, à l’entrée et à la sortie de la ville. Les villageois se plaignent également de l’état du pont situé au milieu du village. « Le pont risque de s’effondrer à n’importe quel moment lorsqu’il pleut. Si cela se produit, le village va être totalement isolé », appréhende-t-on.

A Afir, les villageois reprochent à l’Etat de n’avoir pas su, ou voulu, développer les localités rurales. « La vie dans nos villages est devenue un calvaire. La politique adoptée par les pouvoirs publics a poussé de nombreux citoyens à l’exode. Tout le monde veut aller en ville. Des habitants sont prêts à abandonner leurs maisons pour habiter un bidonville tout près d’un centre urbain. Si les habitants ne protestent pas, c’est parce qu’ils sont habitués à ces aléas. Ils continuent de lutter contre des conditions intenables qui rythment leur vie quotidienne. Ici, le chômage dépasse les 40% », lancent nos interlocuteurs.

Par Z. Zakia



Des citoyens bloquent la route à Afir (Boumerdès)
Des dizaines de citoyens de la commune d’Afir, à l’est de la wilaya de Boumerdès, ont fermé, dans la matinée d’hier et pour la deuxième journée consécutive, la route reliant leur localité à celle de Dellys. Les protestataires ont fermé la route au lieu dit Aâzib Kouffa, à l’aide de troncs d’arbres et d’autres objets hétéroclites pour protester contre la hausse des prix du transport pratiqués dernièrement par les transporteurs assurant la desserte Afir-Dellys. Le prix était, selon les protestataire, de 20 DA, et contre toute attente, les transporteurs l’ont porté à 30 DA. Les protestataires réclament le rétablissement de l’ancien prix. Ils se disent lésés, car selon eux, cette hausse n’est pas justifiée vu que le trajet séparant les deux localités ne dépasse pas 20 kilomètres. La plupart des habitants de cette localité à vocation rurale souffrent quotidiennement d’énormes difficultés dont celle liée à la dégradation des routes. Les manifestants précisent que l’augmentation des prix pénalise plus particulièrement les élèves scolarisés à Dellys. D’autre part, les transporteurs avancent que cette hausse n’est nullement fortuite, précisant que le réseau routier de la commune est défectueux. Les citoyens ont empêché les transporteurs d’exercer jusqu’à ce que ces derniers reviennent à l’ancien tarif. Face à cette situation, l’APC a mis à la disposition des citoyens des bus pour les transporter, nous dit-on. Cette protestation, faut-il le dire, a provoqué d’immenses embouteillages. A l’heure où nous mettons sous presse, la route est toujours bloquée par les manifestants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Afir (daira de Dellys): le chomage dépasse les 40%
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Inscription à l'école : que ça passe vite
» Le temps qui passe
» Chiffres du chomage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: