AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rusuccuru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azem



Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Rusuccuru   Sam Mai 29 2010, 14:05


Dellys est sans doute l’une des villes romaines les plus connues de la Kabylie. Déjà les navigateurs phéniciens, puis les Carthaginois l’ont prise pour escale lui donnant le nom de Cissi, puis celui de Rusuccuru. De la période phénicienne, on conserve quelques stèles funéraires et surtout une pièce de monnaie en or, frappée à Carthage au 4ième siècle avant JC.

Il semble, qu’au premier siècle avant l’ère chrétienne, la ville se soit affranchie de la tutelle carthaginoise, puisqu’elle s’est mise à frapper de la monnaie à son nom. C’est ce que laisse supposer une pièce retrouvée dans la vieille ville et portant les caractères RSKOBR, qui semblent la transcription du nom de Rusuccuru.

A cette époque, Dellys est intégrée dans le royaume de Maurétanie du roi Bocchus. Comme celui-ci a pris position pour César dans la querelle qui opposait celui-ci à Pompée, et que c’est César qui remporte la victoire, la ville n’est pas annexée par le nouveau maître de Rome.

Au premier siècle de l’ère chrétienne, l’empereur Claude lui accorde le droit de cité, la transformant en municipe de droit romain pour la remercier de ne pas s’être insurgée durant la la révolte d’Aedemon qui a alors embrasé la Maurétanie. Dellys va même gouverner deux autres villes : Iomnium (Tigzirt) et Rusippisir (Taksebt). Dellys a servi de refuge aux chrétiens persécutés, elle donnera même à la nouvelle religion, une martyre, Sainte Marcienne, martyrisée à Césarée (Cherchel) en 299.

Elle ne sera pas une ville soumise puisqu’elle adhère à l’hérésie donatiste et, en 373-375, elle ouvre ses portes à Firmus et à ses guerriers, en guerre contre l’occupant romain.

Au 5ième siècle, les Vandales s’emparent de la ville, l’incendient et exilent son évêque catholique Mettun. Au début du 6ième siècle, les Byzantins la reprennent, avant de céder la place aux Musulmans. A partir de cette date, Rusuccuru n’est plus citée dans les textes.

Tadless du temps d'Ibn Khaldoun, Rusuccuru (le cap du poisson) du temps des Carthaginois, Adyma à l'époque romaine pour enfin adopter Dellys . Elle a une valeur archéologique historique qu'il est urgent de préserver et de restaurer. Se dressant à près de 30 m au-dessus de la mer, La Casbah fut séparée en deux par la Nationale 24, en 1844, lors de l'occupation française. A leur arrivée, les colons détruisirent plusieurs habitations mitoyennes avec Sidi El Boukhari. Elle comptait un millier de maisons et un très grand nombre de fontaines, de mausolés, de fours et de forts. L'ensemble est entouré d'un rempart encore présent, dont certaines parties datent des époques romaine et hammadite. Quelques portes telles que Bab El Bhar, Bab Eldjiyad, Bab Essour et Bab Eldjnane sont encore désignées comme des lieux clés par les habitants de
la ville. La Casbah de Dellys est, si l'on en croit les historiens, la plus ancienne d'Algérie.

Antérieure à la période turque, elle fut fondée en 1068 par Moaz Edawla Ben Samadah qui accosta à Tadless chassé d'Almeria en Espagne par les Mourabitine. Sous son règne, Dellys devint très prospère. La conception de l'habitat et quelques propriétés architecturales témoignent de cette époque révolue. D'ailleurs, sa principale caractéristique est le Riyad qu'on ne retrouve pas dans les autres Casbah turques comme celle d'Alger. Celle de Dellys évoque plutot les bâtisses d'Andalousie, et de Grenade en particulier. On sait que Dellys avait été entièrement dévasté par un tremblement de terre en l'an 42 après J.-C. Plusieurs siècles après, elle arriva à se reconstruire tant bien que mal.

Le second, celui du 21 mai 2003 a faillit l'anéantir une fois de plus. Ce n'est qu'en 2005 que cette cité a été classée patrimoine culturel national protégé. Et ce n'est qu'en septembre 2007 qu'un decret exécutif a été
promulgué portant création et définition de la zone protégée de la Casbah de Dellys.


-------------------------------------------------------------------------

Sainte Marcienne


Son courage l’amena au martyre vers 303.

Née à Rusucuru (Dellys, sur la côte de Kabylie), Marcienne appartenait à une famille distinguée. Quoiqu’elle eût été douée d’une rare beauté, elle avait voulu se consacrer à Dieu. Etant venue à Césarée, elle y vivait loin du monde dans une cellule.

Un jour, pourtant, elle céda à la tentation de visiter la ville. Arrivée devant l’amphithéâtre, non loin de la porte de Tipasa, elle remarqua sur une place une statue de Diane, qui ornait une fontaine. Saisie de colère à la vue de cette idole, elle lui brisa la tête et la renversa. La foule s’empara de la jeune fille, la roua de coups, l’entraîna auprès du gouverneur. Celui-ci ordonna qu’elle fût livrée à des gladiateurs, mais un mur qui se dressa à plusieurs reprises entre eux et Marcienne, les empêcha d’attenter à sa chasteté.

Au milieu de ces épreuves, elle fut insultée par un homme de confession israélite dont la maison était voisine de la caserne des gladiateurs. Alors, elle supplia Dieu d’incendier la demeure de ce méchant homme.

Le jour suivant, on la mena à l’amphithéâtre. Elle fut attachée à un poteau et présentée à un lion, qui ne voulut pas d’elle. Mais le méchant homme et ses amis, acharnés dans leur haine contre une chrétienne, demandèrent à grands cris et obtinrent qu’on la livrât à un taureau. L’animal, furieux, la blessa au sein. Puis survint un léopard, qui l’acheva. A ce moment même la maison du dénonciateur prit feu. Bien des fois, on essaya de la reconstruire, mais toujours elle retomba en ruines.

Les manuscrits des Actes ne s’accordent pas sur la date du martyre, 9 janvier ou 12 juillet. Baronius, dans ses notes sur le martyrologe romain, estime que le 12 juillet marque une translation de reliques, et le 9 janvier l’anniversaire du martyre qui semble être daté vers 303. Au 12 juillet, le martyrologe romain mentionne une sainte Martienne, vierge et martyre à Tolède ; Baronius pense qu’il s’agit de Saint Martienne de Mauritanie, honorée à Tolède. On trouve dans le bréviaire mozarabe, une belle hymne ancienne en son honneur. Pour les docteurs de l’Eglise, son acte était répréhensible ils condamnaient le zèle téméraire de ceux qui couraient au devant de la mort en renversant des idoles et qui risquaient, par leur imprudence, d’attirer de grands malheurs sur toute la communauté. Cependant l’autorité ecclésiastique devait souvent tenir compte de l’enthousiasme que de tels sacrifices soulevaient parmi les fidèles, et accorder le titre glorieux de martyr à ces héros indisciplinés.

La mémoire de Martienne fut vénérée, non seulement en Afrique, mais même en Espagne, surtout à Tolède, où l’on composa à sa louange une hymne, parvenue jusqu’à nous.

(Extrait de "Promenades archéologiques/Cherchell").

Hymne à Sainte Martienne

Sainte Martienne réveille la foi chrétienne, Vierge Tutélaire, entends notre prière, Nous chantons en ton honneur, Sois toujours notre modèle, Conduis-nous troupe fidèle, Vers le seigneur, Le ciel s’entrouvre et les chœurs angéliques, Nous font entendre un des plus beaux cantiques (bis), C’est le récit, le récit glorieux, Des saints martyrs sont entrés dans l’arène, Au milieu d’eux, marchant au sacrifice, Martienne s’avance et sourit au supplice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Addymasien



Masculin Nombre de messages : 2299
Age : 36
Localisation : Laouina
Emploi : Je travail
Loisirs : Nous sommes tous les romancier de notre vie
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Rusuccuru   Lun Mai 31 2010, 07:45

Mes respects
merci Azem pour cette petite page d'histoire.
salam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azem



Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Re: Rusuccuru   Mer Juin 16 2010, 22:33

Addymasien a écrit:
Mes respects
merci Azem pour cette petite page d'histoire.
salam


Si tu aimes l'histoire, notamment l'histoire de l'Algérie, tu pourrais cliquer sur ce lien :
http://iflisen2008.over-blog.com/

Combien de gens de la wilaya de Boumerdès savent que Cap Djinet était un comptoire phénicien, ou que Bordj Menael vient de Bordj Imnayen, ou ce que signifie Takdempt ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rusuccuru   Aujourd'hui à 13:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Rusuccuru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: