AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Egypte-Algérie : Match de foot ou compétition politique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jardindallas



Masculin Nombre de messages : 25
Localisation : nul part
Emploi : Ingenieur d'application informatique
Loisirs : voyages-sports-internet-musiques-lectures
Date d'inscription : 25/08/2009

MessageSujet: Egypte-Algérie : Match de foot ou compétition politique ?   Dim Nov 15 2009, 13:29

Match de foot ou compétition politique majeure ? La rencontre Algérie-Egypte peut hisser Djamel Moubarak au pouvoir comme elle peut saborder la grève du CNES Ce n’est plus de la fièvre. C’est de l’hystérie. Le match Egypte-Algérie de samedi 14 novembre 2009, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde qui se jouera en 2010 en Afrique du Sud, a largement dépassé le strict plan du football, pour devenir un enjeu de premier plan pour les deux pays. Au-delà de la qualification en Coupe du monde qui se profile pour l’une des deux équipes, ce sont en effet les conséquences politiques et sociales de ce match qui font trembler les dirigeants des deux pays.

«Pour l’Egypte, l’enjeu est très simple», nous dit un sociologue : «si l’équipe égyptienne se qualifie, Djamel Moubarak va succéder en douceur à son père». «Cela ne signifie pas pour autant qu’une élimination de l’Egypte signifiera que Djamel Moubarak sera écarté du pouvoir. Mais ce sera plus dur», dit-il.

«Par contre, une élimination constituera une catastrophe nationale». Elle ramènera les Egyptiens à une dure réalité, celle des difficultés de la vie quotidienne, de la tension sociale, de la crise politique et de la question de la succession qui se poste avec acuité», ajoute-t-il.

Ceci explique peut-être ce sentiment d’hystérie qui s’est emparé des «officieux» égyptiens, ces dignitaires dont la voix porte fort, alors qu’ils n’ont pas de poste officiel dans la hiérarchie du pouvoir. Présentateurs de télévision, éditorialistes et présidents d’association se sont en effet laissés aller à des propos violents, primaires, n’ayant d’égal que ce qui a été proféré par leurs alter-égo algériens. Le débordement était dès lors inévitable. Il s’est produit quarante-huit heures avant le match.

Mais, si l’enjeu est important pour l’Egypte, il ne l’est pas moins pour la partie algérienne. Ce qui explique une attitude similaire, simplement aggravée, côté égyptien, par l’absence de perspectives, qui oblige à investir d’avantage dans le nationalisme primaire, chauvin et, finalement, destructif. Mais la gestion de ce match a obéi à la même logique dans les deux pays.

Dans un premier temps, la montée de la tension a été suivie d’un oeil bienveillant par les autorités des deux pays. Jusqu’à ce que l’alarme soit tirée. Le ton est monté plus rapidement que ce qui était attendu, et il était devenu évident, depuis plusieurs semaines, que de graves dérapages étaient à craindre des deux côtés. Ceci a d’ailleurs poussé des officiels algériens et égyptiens à tenter d’y mettre un frein, en appelant au calme. Ministres, ambassadeurs, hauts responsables ont alors commencé à rappeler les «liens de fraternité entre les deux peuples».

Trop tard. La rue continuait de s’enflammer. Les tentatives de calmer le jeu ne pouvaient plus avoir d’effet. La rue était désormais chauffée à blanc par la rumeur et par l’Internet, l’une alimentant l’autre. La rumeur sur des drapeaux brulés commençait à peine à circuler, pendant que des vidéos mises en ligne montraient de jeunes gens, même pas masqués, en train de brûler les drapeaux. Ceci couronnait plusieurs semaines de chants, de dessins et de poèmes supposés galvaniser les uns et humilier les autres.

Il y a aussi une question de prestige sur laquelle il faut trancher. Même si les dirigeants ne l’avouent pas. Il y a des matches comme ça, qui restent dans l’histoire parce que leur enjeu est extra-sportif. Comme le match RFA-RDA il y a près de trois décennies, ou Iran-Etats-Unis durant le Mondial 1998, ou encore Argentine-Angleterre en 1986, peu après la guerre des Malouines. Il est pourtant difficile d’affirmer que des dirigeants algériens ou égyptiens ont sciemment orchestré tout cela. Par contre, certains faits sont troublants. Certains journaux, les plus hystériques, ont brusquement changé de cap pour rappeler que «ce n’est qu’un match de football», après avoir mené une campagne haineuse contre «l’ennemi». Comme si un tempo était donné quelque part.

Ceci dit, l’enjeu politique ne concerne pas la seule Egypte. Les enjeux sont importants pour la partie algérienne. Car, en plus d’une immense joie que procurerait une qualification en Coupe du monde, une joie méritée pour une société constamment sous pression depuis bientôt deux décennies, une qualification en Coupe du monde assurerait aux autorités algériennes une année de paix sociale. Les grèves en cours, comme celle de l’Education, et celles à venir, avec une grève de deux semaines à l’université annoncée pour le début de la semaine, risquent de perdre leur impact.

Le scénario de récupération de la victoire est, lui aussi, bien rôdé, avec messages aux joueurs dès la fin du match, accueil populaire à Alger et défilé dans les grandes artères d’Alger. Rabah Saadane sera fortement sollicité pour intégrer le RND ou le FLN. Le pays entrera ensuite dans une sorte d’hibernation jusqu’à la Coupe du monde, l’été prochain, en oubliant qu’il n’a pas de Championnat national de football, tant il est faussé par la triche et la corruption, que les joueurs de l’équipe nationale sont des produits d’autres systèmes de compétition, et que le pays n’a attiré que 100 millions de dollars d’investissements hors hydrocarbures durant le premier trimestre 2009, soit à peine le double de ce qu’aurait détournée Achour Abderrahmane !

Un dirigeant européen a déclaré qu’une victoire en Coupe du monde, c’est un pour cent croissance. En Algérie, une qualification en Coupe du monde, c’est un vrai bonheur, un peu de croissance peut-être, mais un formidable bol d’oxygène pour des jeunes qui sont preneurs de toute alternative à la harga. C’est rare qu’elle en trouve. Rien que pour cela, la qualification serait la bienvenue.


Journal starts.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jardindallas@yahoo.fr
LUCKY LUKE



Masculin Nombre de messages : 190
Localisation : HASSI BAH BAH
Emploi : COWBOY
Loisirs : CHASSEUR DE PRIMES
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Egypte-Algérie : Match de foot ou compétition politique ?   Lun Nov 16 2009, 04:06

Bonjour,
merci pour l'article, pour les naifs et pour ceux qui n'ont pas encore compris l'enjeux et ce que est devenu le Football, une arme utilisé par les mafieux du pouvoir pour faire passer la pilule aux peuples déséspérés par leurs quotidien amére, ya ceux qui nous explique l'engouement de nos jeunes pour la coupe du monde par une sorte de nationalisme et amour du pays...ces jeunes la vivent dans des conditions tres précaires et qui ne reflechissent pas a deux fois avant de prendre une embarquation illégale vers l'eldorado européen...vite cette équipe nationale sera élimnée et vite les Algeriens reviendront sur terre....avec toute la réalité sociale et economique en face...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imhotep



Nombre de messages : 430
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Egypte-Algérie: match de foot ou compétition politique   Dim Nov 22 2009, 10:11

Appréciez ce texte que j'ai envie de nommer, pour paraphraser l'auteur:Le piège géopolitique d'une identité empruntée...


Patrie et indépendance identitaire Par : Mustapha Hammouche

Son arabisme ne lui aura pas été d’un grand secours. Hadjar a été, par deux fois, convoqué au ministère des Affaires étrangères égyptien et son ambassade a été attaquée. Dans son aveuglement, l’État égyptien n’a en rien tenu compte de ce compagnonnage idéologique qui, jusqu’ici, lui assurait l’obédience de la plupart des dirigeants algériens. Après l’accueil pour le moins inamical réservé à l’équipe nationale algérienne au Caire, l’escalade verbale confirme la préméditation de l’agression. À l’évidence, l’élimination de l’Égypte est conçue comme inacceptable parce qu’elle est le fait de l’Algérie. Ce crime de lèse-tutelle trouve, aux yeux des Égyptiens, sa justification dans la légende du rôle des Arabes, en général, et de l’Égypte, en particulier, dans la guerre de libération nationale. Un rôle créé par l’histoire officielle post-indépendance pour légitimer un amarrage contre nature à un Orient décadent. Les loosers ont aussi besoin de leur souffre-douleur. Cela les rassure : ils peuvent encore faire peur… ou faire mal. Nos voisins, qui nous ont servi de base de repli et de plateforme opérationnelle à l’ALN, n’en revendiquent pas autant qu’un pays qui a juste permis au FLN d’ouvrir un bureau pour y abriter l’aile baathiste du mouvement de la direction extérieure de la révolution. Ce n’est pas un hasard si Nasser a délégué son chef des services secrets comme interlocuteur de la Révolution algérienne. Ali Dib, qui, pour poursuivre sa mission, s’installa après l’indépendance comme ambassadeur d’Égypte à Alger. Depuis, les dégâts, notamment en matière d’éducation, de gestion de culte, d’écriture de l’histoire, de consommation culturelle, n’ont pas cessé de s’accumuler. Nous commencions à leur ressembler. Ce sentiment fabriqué de dette égyptienne légitimait notre disponibilité, notre solidarité et… une grande partie de notre dette russe. Tandis que le statut arbitraire de fraternité justifiait l’invasion idéologique baathiste et islamiste et plus tard… les charters d’adolescents pour Kandahar organisés par les… Frères musulmans d’ici et de là-bas. Le pan-nationalisme arabiste a préparé le terrain du transnationalisme islamiste. Observons le silence baathiste et islamiste dans cette affaire ! D’habitude, si prompts à enfourcher le cheval de la patrie offensée, si habiles à surfer sur les erreurs du pouvoir, ils font profil bas devant cette bagarre à sens unique. D’abord, l’enjeu sportif n’était pas du registre de la stratégie de recrutement islamiste : ils croient que le stade est le concurrent de la mosquée ; ensuite, le nationalisme, dont la renaissance a été accélérée par l’épreuve du Caire, est l’antidote des idéologies transfrontalières. Constatons donc la paralysie politique de pans entiers des forces politiques et sociales quand il s’agit de réagir à une “fraternelle” agression ! Et apprécions le danger du piège géopolitique d’une identité empruntée. Ceux qui ont plus d’arabité que d’algérianité ou plus d’islamité que d’algérianité ne peuvent concevoir la primauté du principe de “l’Algérie avant tout”. Écoutez-les nous appeler au calme pendant qu’on nous agresse. Exactement comme ils l’ont fait au début des années 1990, devant le péril intégriste. Puisse donc cette épreuve nous faire saisir l’urgence d’une indépendance identitaire. voila ce que pense un algerien de pure souche,bravo mustapha pour cette analyse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Egypte-Algérie : Match de foot ou compétition politique ?   Aujourd'hui à 07:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Egypte-Algérie : Match de foot ou compétition politique ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours de Chant/Danse/Music Et Projet de Compétition - Par Mr. Grimson
» La compétition devient-elle ringarde ?
» mise en compétition
» mise en compétition de logement
» Match de foot avec le nombre de buts le plus élevé ce fut 149 - 0

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: