AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Boumerdès : La mineuse tutta-absoluta ravage les cultures...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eddelssi



Masculin Nombre de messages : 395
Localisation : Dellys
Emploi : Enseignant
Loisirs : Lecture,Jogging,internet.....
Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Boumerdès : La mineuse tutta-absoluta ravage les cultures...   Lun Aoû 10 2009, 04:31

Depuis son apparition au mois de mai dernier, la mineuse tutta-absoluta ne cesse de faire des ravages dans les champs des cultures maraîchères et plus particulièrement ceux de la tomate, dans plusieurs wilayas du nord du pays.

Cet insecte ravageur apparu pour la première fois en Amérique du Sud avant de s’introduire en Algérie via l’Espagne et le Maroc est devenu le véritable « ennemi » des agriculteurs.

Dans la wilaya de Boumerdès où l’on a prévu la production de 70 000 q de tomates, les conséquences et les dommages générés par ce parasite sont durement ressentis, aussi bien par les agriculteurs que par les consommateurs.

Quelque 80% des champs répartis sur une superficie de 200 ha ont été touchés par cette mouche « invisible à l’œil nu ».

Certains spécialistes indiquent que 17 000 ha de tomates industrielle disséminés à travers le territoire national sont réellement menacés et risquent d’être ravagés d’ici septembre prochain.

Ce « mal absolu » qui s’attaque aux cultures maraîchères a déjà fait des siennes dans plusieurs wilayas de l’ouest et du centre du pays, comme Relizane, Mostaganem, Tipaza et il est cours de propagation vers les wilayas de l’Est en détruisant des centaines d’hectares de champs de tomates.

Résultat : le prix de ce légume est devenu inaccessible aux petites bourses, affichant parfois sur les marchés des communes de la wilaya, comme partout ailleurs, 50 DA, alors qu’il a atteint 10 DA/kg durant la même période des deux dernières années.

Toutefois et selon nombre d’observateurs, « ce prix risque d’atteindre des pics exorbitants durant les prochains jours, compte tenu de la rareté de ce produit et les ravages qu’il (l’insecte) continue de faire subir aux plantations ».

Un avis que partage le président de la chambre de l’agriculture de la wilaya qui nous a affirmé que la production de la tomate de l’arrière- saison risque d’être compromise, d’autant plus « qu’aucun traitement spécifique n’est établi pour lutter contre cette maladie ».

« Actuellement, on utilise des produits de rapprochement comme le Lavard qu’on mélange avec d’autres insecticides. Mais ce remède ne fait que minimiser les dégâts », a indiqué le même responsable.

Avant de préciser que « notre région est connue pour sa production de la tomate depuis des années et c’est à partir de là que s’approvisionnent les marchés de gros de l’est du pays ».

Ce qui influera sans aucun doute sur la production et les prix de ce produit durant les mois à venir.

En sus de la tomate, tutta-absoluta s’attaque aussi à d’autres cultures maraîchères comme l’aubergine, la pomme de terre, le piment et le poivron en brisant leurs feuillages.

« Elle s’attaque à tous les fruits, qu’ils soient verts ou murs et se propage surtout durant la nuit et à la faveur de la chaleur », explique Rabah, un agronome de la wilaya.

Ce qui accentue l’inquiétude des agriculteurs qui soulignent n’avoir bénéficié d’aucune aide de la part de la tutelle pour les pertes qu’ils ont subies jusque-là.

« L’Etat ne nous a rien donné et la plupart d’entre nous ne savent même pas comment faire face à ce ravageur qui ne cesse de se propager dans nos champs », se plaint Amar, un agriculteur de la commune de Zemmouri.

Et d’ajouter : « On nous a promis des filets dits insect-proof pour empêcher ce parasite d’infiltrer nos champs et le capter dès émergence, mais moi, personnellement, je n’ai rien vu venir ».

« Je n’avais jamais vu un insecte qui détruit les cultures maraîchères aussi rapidement comme celui-ci, mais les pouvoirs publics n’ont mis aucune disposition efficace pour le combattre et sauver ce qui peut l’être », ajoute notre interlocuteur, qui n’écarte pas une flambée des prix des produits maraîchers tant que la lutte contre ce mal n’a pas encore donné de résultats.

Ramdane Koubabi.(El Watan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond



Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Boumerdès : La mineuse tutta-absoluta ravage les cultures...   Lun Aoû 10 2009, 11:05

Bonjour,
Merci pour ce sujet très intéressant.
Comme par hasard hier j'ai dû raser toute ma récolte de tomates rouges, jaunes et oranges et cela à cause du Mildiou de la tomate. Déjà que le Mildiou est une maladie pas facile a s'en débarrasser nous voila maintenant en face d'une nouvelle menace: La Tuta-Absoluta...!!
Salutations
James

La mineuse de la tomate Tuta absoluta (Meyrick)
Ordre: Lepidoptera
Famille: Gelechiidae



Fiche technique
Répartition géographique


Présent en Amérique du Sud (Chili, Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Paraguay, Uruguay, Pérou, Venezuela, Argentine), cet insecte a été signalé pour la première fois en Europe en 2006 en Espagne (Comunidad Valenciana). En 2007 plusieurs foyers le long de la côte méditerranéenne dans la province de Valence et sur l'île d'Ibiza (Baléares) ont été identifiés. En 2008, Tuta absoluta a été signalé pour la première fois au Maroc, en Algérie et en France (Corse).

Plantes hôtes
Tuta absoluta se développe principalement sur la tomate (Lycopersicon esculentum) mais aussi sur diverses autres espèces de Solanaceae cultivées telles que la pomme de terre (Solanum tuberosum), l'aubergine (Solanum melongena), la poire-melon ou pépino (Solanum muricatum), les piments (Capsicum sp) et sauvages telles Lycopersicon hirsutum, Solanum lyratum, Solanum nigrum, Solanum elaeagnofolium, Solanum puberulum, Datura stramonium, Datura ferox et Nicotiana glauca,...

Morphologie
Les papillons mesurent 6-7mm de long et environ 10mm d'envergure. Ils sont gris argenté avec des tâches noires sur les ailes antérieures. Les antennes sont filiformes. Les oeufs sont de petites tailles (0.36mm de long, 0.22mm de large), de forme cylindrique et de couleur crème à jaunâtre. Les chenilles sont au départ de couleur crème (1er stade) puis deviennent verdâtres et rose clair (2nd-4ème stade) . Le stade L3 mesure 4.5-4.6 mm long et le stade L4 (dernier stade) mesure 7.3-7.7mm.

Biologie
Le cycle biologique dure de 76.3 jours (à 14°C) à 23.8 jours (à 27.1°C). Il peut y avoir jusqu'à 10 ou 12 générations par an. Chaque femelle peut pondre isolement, de 40 à plus de 200 oeufs de préférence à la face inférieure des feuilles ou au niveau des jeunes tiges tendres et des sépales des fruits immatures. Après l'éclosion, les jeunes larves pénètrent dans les feuilles, les tiges ou les fruits quelque soit le stade de développement du plant de tomate (sur pomme de terre, seules les parties aériennes sont attaquées). Les chenilles creusent des galeries dans lesquelles elles se développent. Une fois le développement larvaire achevé (4 stades successifs), les chenilles se transforment en chrysalides soit dans les galeries, soit à la surface des plantes hôtes ou bien dans le sol. Cet insecte passe l'hiver au stade oeuf, chrysalide ou adulte. Les adultes mâles vivent 6-7 jours et les femelles 10-15 jours. Cet insecte n'est pas présent à des altitudes supérieures à 1000m (limite climatique).

Symptômes et dégâts
En Amérique du Sud, ce lépidoptère est considéré comme l'un des principaux ravageurs de la tomate. Ce papillon peut générer sur tomates des pertes pouvant aller jusqu'à 80-100%. Les attaques se manifestent par l'apparition sur les feuilles de galeries blanchâtres (seul l'épiderme de la feuille subsiste, le parenchyme étant consommé par les larves) renfermant chacune une chenille et ses déjections. Avec le temps les galeries se nécrosent et brunissent. Les chenilles s'attaquent aux fruits verts comme aux fruits mûrs. Les tomates présentent des nécroses sur le calice ou des trous de sortie à leur surface. Les fruits sont alors invendables et impropres à la consommation.

Source: http://www.fredon-corse.com/ravageurs/Tuta_absoluta.htm#c12258734791
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Boumerdès : La mineuse tutta-absoluta ravage les cultures...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Langues et cultures régionales : rapport au Premier ministre
» Les cultures qui consomment le plus d'eau
» Piments rouges contre éléphants destructeurs de cultures
» master culture de l'ecrit et de l'image Lyon II
» Strasbourg ravagée : quand l'extrême gauche est à l'oeuvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: