AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Jeu Juin 11 2009, 14:51

La circulaire pour la rentrée 2009-2010 le confirme
L’École polytechnique d’Alger n’existe plus


Les bacheliers 2009, dont l’objectif est de rejoindre l’École polytechnique d’El-Harrach, à Alger, vont devoir oublier leur rêve. Ce qui n’était qu’une rumeur est désormais une réalité.

Dès la rentrée universitaire prochaine, l’Algérie n’aura plus à s’enorgueillir d’avoir une école aussi prestigieuse que Polytech, dont la renommée a dépassé les frontières du pays depuis des décennies. La décision a été prise presque en catimini par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
La notification n’a pas été rendue publique. Nous avons pu nous procurer une copie de la circulaire “relative à la préinscription et à l’orientation des titulaires du baccalauréat au titre de l’année universitaire
2009-2010” et dans laquelle il n’est aucunement fait mention de l’école, que ce soit dans son ancienne appellation ENP (École nationale polytechnique) ou dans sa nouvelle, depuis le début de l’année, qui a été octroyée également en catimini, ENSP (le S pour supérieure). Ainsi, les nouveaux bacheliers n’auront plus la possibilité de s’inscrire dans cette institution qui, en l’espace de 50 ans, a formé près de 10 000 ingénieurs. Cette disparition non annoncée a été noyée dans le chapitre des classes préparatoires. Sur le document que nous avons pu nous procurer, il est noté (annexe 3 : école et écoles préparatoires) que les bacheliers auront le choix entre les cinq suivantes : EP Sciences et techniques (Alger) ; EP Sciences et Technique (Annaba), EP Sciences et technique (Tlemcen), ENSA (ex-EPAU) Classes préparatoires intégrées (Alger), ESI (ex-ENI) Classes préparatoires intégrées (Alger), EP Sciences économique de gestion et commerciales (Alger) et École nationale supérieure de Technologie (Alger). Sur cette liste, il n’y a aucune trace de polytechnique alors que l’école recevait en moyenne annuellement des centaines d’étudiants.
Cette situation est venue confirmer les appréhensions des enseignants de l’ENSP qui, depuis plusieurs mois, sont montés au créneau pour au moins être informés de la situation. N’ayant pas eu d’échos de la direction qui s’est contentée jusqu’à ce jour de répondre par cette phrase laconique “rien n’est officiel”, ils ont pris attache avec la tutelle et la présidence de la République à qui un courrier a été adressé. Depuis le
2 mars dernier, aucune réponse ne leur a été signifiée. Ne voulant pas baisser les bras, les enseignants avaient organisé le 20 mai dernier un sit-in devant le siège de la direction avec comme mot d’ordre “non au démantèlement de l’école polytechnique”. Une action qui n’a pas eu d’échos auprès des institutions concernées.
La disparition programmée de Polytech, en plus de la circulaire du ministère, a également ouvert depuis plusieurs semaines un autre “front”. Il est plutôt “interne”. En plus de la très probable fermeture du département de sciences fondamentales (qui reçoit les étudiants de première et deuxième années et dans lequel une centaine d’enseignants exercent), il y a d’autres départements “ciblés”. Sur les
11 spécialités de l’école, 2 sont d’ores et déjà menacées. Il s’agit du département de génie industriel ainsi que de celui de génie des mines. Cette situation rocambolesque dans laquelle se trouve l’un des meilleurs fleurons de l’Algérie indépendante reste incompréhensible pour plus d’un. Que ce soit les enseignants, les étudiants (actuels et anciens), encore moins le monde universitaire, personne n’arrive à expliquer cette politique de démantèlement dont les objectifs demeurent inavoués. Au niveau de la tutelle, on parle d’une stratégie nationale pour des réformes globales. Un argument qui est loin d’être “solide”. Pourquoi toucher l’un des rares lieux où la compétence et le niveau d’études sont reconnus ? Une question que ne se posent pas uniquement les polytechniciens, mais aussi tous ceux pour qui l’intérêt du pays est au-dessus de tout.

Par : Salim Koudil
Source: Liberte du 11.06.2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Jeu Juin 11 2009, 15:00



C'est absolument lamentable et révoltant....!!!
La serie d'éradication des écoles de renomées mondiales continue...!!
ARRETEZ S.V.P. ce massacre...!!!!
James

Site Web: http://www.enp.edu.dz/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elkoss



Masculin Nombre de messages : 570
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Jeu Juin 11 2009, 23:41

Aprés la dissolution des lycées techniques, voila le tour du polytec. A qui le tour, la fac centrale?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salim
Fondateur du Forum
avatar

Masculin Nombre de messages : 3348
Localisation : Dellys - Algérie
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Ven Juin 12 2009, 14:09

Ca me fait rappeler le drame du Lycée Technique de Dellys.

On achève tout ce qui a fait la fierté et le bonheur de l'Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dellys.superforum.fr
larbi323



Masculin Nombre de messages : 779
Age : 63
Localisation : Ottawa
Emploi : Enseignant
Loisirs : Soccer, Lecture, Cinéma, Théâtre, Marche et randonnées
Date d'inscription : 29/05/2008

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Sam Juin 13 2009, 09:40

Salam,
C'est à n'y rien comprendre!!
Pourquoi? dans quel but?
Quelle alternative?
Dans les années 90, au Cameroun, j'avais rencontré un responsable de la coopération français qui était fier de me dire qu'il a été Directeur de polytech d'alger et il m'avait demandait des nouvelles du regretté professeur de math le Dr Aoudjehane Mohand, très connu dans le milieu universitaire en Algérie et à l'étranger.
Où allons-nous?
Bien dommage et pauvres de nous!!
larbi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
larbi323



Masculin Nombre de messages : 779
Age : 63
Localisation : Ottawa
Emploi : Enseignant
Loisirs : Soccer, Lecture, Cinéma, Théâtre, Marche et randonnées
Date d'inscription : 29/05/2008

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Sam Juin 13 2009, 09:41

Salam, désolé pour les erreurs...
J'ai réagi avec rage!!!
larbi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AZOUZI

avatar

Masculin Nombre de messages : 93
Age : 67
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Sam Juin 13 2009, 14:21

" ON ACHEVE BIEN LES CHEVAUX" no comment....!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Dim Juin 14 2009, 01:29

Menacée de disparition
Le statut de Polytechnique dans le flou


Certains évoquent un projet “occulte” pour démanteler l’école et accaparer du foncier. D’autres vont encore plus loin : “Nous savions de tout temps qu’on était la cible des nababs. Ils n’ont jamais pu imposer leurs enfants chez nous.”

Il a fallu la publication par Liberté d’un article sur “l’École polytechnique d’Alger” dans l’édition de jeudi passé pour que tout s’emballe. Que ce soit au niveau de la direction de l’école ou encore au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les réactions ne se sont pas fait attendre. Dès hier matin, un “droit de réponse” de la direction de Polytech a été placardé sur presque tous les murs de l’école pour essayer de donner des “clarifications” sur la situation. Mieux encore, l’après-midi même une réunion avec les enseignants était programmée avec la présence d’un représentant de la tutelle. Ce branle-bas soudain a surpris plus d’un parmi les enseignants et les étudiants. Depuis plusieurs semaines, voire des mois, ils attendaient la moindre explication sur toutes les rumeurs autour de l’avenir de l’école.
Cette ambiance d’attente était perceptible tout au long de la matinée d’hier au sein des différents départements de l’école (dont le siège est à El-Harrach). Si la majorité des étudiants (surtout ceux de la première et de la deuxième années) couraient dans tous les sens pour connaître leurs notes (ils ont terminé leurs examens jeudi passé), les enseignants et aussi les employés (de l’administration et des bibliothèques) discutaient tous de leur avenir.
Le flou entretenu autour des nouvelles réformes que devrait subir Polytechnique est pour eux une chose des plus intolérables et insoutenables.
Tous n’arrivent pas à comprendre pourquoi leur école est ciblée par ces changements et aussi par la rapidité des procédures pour chambouler les infrastructures existantes. “Depuis le début, la direction et le ministère nous disent que rien d’officiel n’a été décidé, mais c’est évident que ce n’est pas vrai”, nous dira une enseignante du département de sciences fondamentales entre deux copies d’examen remises à des étudiants en pleine anxiété. Avant de la laisser, elle n’omettra pas de nous lancer avec un dépit : “s’ils ne savent pas, c’est encore pire.” Un autre professeur rencontré pas loin du département de génie minier ne pouvait cacher ses “appréhensions” sur le statut même de Polytech : “Notre école sans le département de sciences fondamentales n’a aucun sens. Nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi ils y touchent alors que son niveau est reconnu par tous, que ce soit au niveau national ou international.” Un employé qui était tout près renchérira presque en criant : “Mais pourquoi ils se penchent sur notre école ! C’est la meilleure en Algérie et il y a tant à faire dans les autres institutions dont le niveau plus que ridicule est reconnu par tous.”
Sur les classes préparatoires qui semblent être la base des réformes annoncées, la question que se sont posées devant nous plusieurs enseignants : “Pourquoi l’INI et l’Epau ont pu obtenir des classes intégrées et non Polytech ?”, ce à quoi certains ont répondu par un “parce que tout simplement ils ont des gens qui défendent leurs intérêts”. Allant dans le même sens, un autre professeur (notons que tous les enseignants que nous avons rencontrés ont tenu à garder leur anonymat pour éviter d’éventuels polémiques) a essayé de nous expliquer sa “vision” de la situation : “qu’ils le veuillent ou non, Polytechnique sort du lot. Il y a ce que j’appelle une Choufa que chaque polytechnicien a en lui avant d’obtenir son diplôme. Un art d’ingénieur que ne peut avoir et comprendre que ceux qui connaissent l’école qui est avant tout un patrimoine immatériel.”
Sur les motivations et buts “inavoués” qui semblent guetter Polytech, les spéculations vont bon train. Certains n’ont pas hésité à parler d’un projet caché pour démanteler l’école et accaparer du foncier. D’autres vont encore plus loin, comme nous l’a affirmé une des enseignantes presque en chuchotant : “nous avons de tout temps été la cible des nababs. Ils n’ont jamais pu imposer leurs enfants chez nous. Pour accéder à Polytechnique, il faut avoir la moyenne nécessaire et ce n’est pas donné à n’importe qui. En privatisant tout, ils veulent ainsi faire rentrer leurs enfants avec l’argent et les plébéiens n’auront plus la chance et l’honneur de se dire après qu’ils sont polytechniciens.” Un sentiment d’amertume partagé par une collègue à notre interlocutrice : “Mon propre fils avait eu un bac série mathématiques avec mention et il n’avait pas pu rentrer ici. Pourtant, il ne lui manquait même pas un point”, tout en ajoutant : “d’ailleurs, je me souviens d’un général qui voulait imposer son fils qui a été exclu de l’école. Le directeur de l’école, à l’époque, lui avait rétorqué qu’au sein de Polytech il n’est qu’un parent d’étudiant et il est resté inflexible”. Une chose est sûre, pour cette rentrée universitaire aucun bachelier ne pourra rejoindre l’École polytechnique. Il devra passer par des écoles préparatoires pendant (s’il ne rate aucune année bien sûr) deux ans.
Au passage, il faut mentionner la “bourde” commise par la direction dans son communiqué d’hier. Alors qu’il est bien mentionné à l’en-tête qu’il s’agissait de l’“École nationale supérieure polytechnique”, soit l’ENSP, dans le texte par quatre fois il était question de l’ENP. Peut-être que les responsables de l’école ne savent pas encore que l’école Polytechnique d’Alger a bel et bien… disparu.

Par : Salim Koudil
Source: Liberte du 14.06.2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Dim Juin 14 2009, 01:41

La direction de l’ENSP nous écrit
“Nous visons la promotion de l’excellence”


Usant du droit de réponse, suite à l’article paru dans votre quotidien du 11 juin 2009, sous le titre “L’École polytechnique d’Alger n’existe plus” , le directoire de l’école nous a fait parvenir les clarifications suivantes : la direction tient à démentir catégoriquement les allégations contenues dans l’article en question et selon lesquelles l’École nationale polytechnique disparaîtrait du paysage de l’Enseignement supérieur.
Tout en confirmant explicitement la pérennité de l’ENP, nous rappelons que les objectifs de nos actions d’amélioration, au niveau de cette école, visent non seulement à la consolider, mais, également, à y promouvoir l’excellence.
Notre objectif est donc, non seulement de maintenir l’ENP mais, de surcroît, la développer en renforçant ses capacités d’expertise et d’encadrement, en améliorant ses rendements internes et externes, en maintenant et en modernisant les spécialités qu’elle assure actuellement et en les enrichissant par le développement de nouvelles filières prenant en compte les transformations socioéconomiques de son environnement. Ce sont donc les meilleurs bacheliers qui, après une formation de très haut niveau, de deux années, dans les classes préparatoires, à l’instar de ce qui se fait chez les pays voisins, en Europe et en Amérique du Nord, auront à concourir pour accéder à cette école, pour la formation d’ingénieurs et managers, dans toutes les spécialités actuelles et à venir.
Ainsi, cette démarche permet plutôt le renforcement de l’ENP en tant que pôle d’excellence, dédié à la formation des cadres de très haut niveau, à même de répondre aux besoins réels et adaptés du secteur socioéconomique.

Par :Rédaction de Liberte
Source: Liberte du 14.06.2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
larbi323



Masculin Nombre de messages : 779
Age : 63
Localisation : Ottawa
Emploi : Enseignant
Loisirs : Soccer, Lecture, Cinéma, Théâtre, Marche et randonnées
Date d'inscription : 29/05/2008

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Dim Juin 14 2009, 10:27

Salam,
Ces articles montrent bien que la décision est inappropriée!!
Alors de grâce que ces grands penseurs et décideurs reconnaissent leur erreur et annulent leur décision aussi bien pour Polytec que pour les LTE!!
Reconnaître son erreur est un acte de courage, de bravoure et de patriotisme!
Et le contraire? c'est sans commentaires!!!
Salutations
larbi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Mer Juin 17 2009, 02:20

UN GROUPE D’ANCIENS ET ACTUELS ÉLÈVES S’ORGANISENT SUR FACEBOOK
“Touche pas à mon École polytechnique d’Alger !”


Un nouveau groupe composé d’actuels et d’anciens étudiants et également de professeurs de l’École polytechnique d’Alger vient d’être créé sur facebook. Se donnant l’objectif de “faire face à la situation floue dans laquelle notre école se trouve actuellement”, ce groupe “touche pas à mon École polytechnique d'Alger” a déjà 220 membres. Il se donne les objectifs d’attirer le maximum de polytechniciens et d'anciens polytechniciens, de faire un brainstorming (remue-méninges) afin de lister un certain nombre d'actions qu'on pourrait faire pour défendre notre école et de passer à l'action, en réalisant une ou plusieurs propositions issues du brainstorming.

Par :Rubrique Radar
Source: Liberté du 17.06.2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jamesbond

avatar

Masculin Nombre de messages : 1137
Localisation : United Kingdom
Emploi : Secret Agent
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   Mar Juin 30 2009, 03:07

“Touche pas à mon école”
Une pétition pour sauver le Polytechnique d’Alger


Depuis plusieurs jours une pétition lancée par des anciens étudiants de l’École nationale polytechnique d’Alger circule sur le Net. Au jour d’hier, il y avait déjà 354 signatures. Sur le site : http://www.gopetition.com/online/28884.html, on lit la lettre ouverte signée par le collectif “Touche pas à mon école Polytechnique d’Alger”. Dans cet appel, le collectif (639 membres à ce jour) demande de “geler la décision visant à supprimer le département des sciences fondamentales (classes préparatoires intégrées) ; d’inclure les classes préparatoires intégrées de l’EN Polytechnique dans la liste des choix du guide du nouveau bachelier 2009 ; de maintenir en place tous les départements de spécialisation sans exception” ; et enfin de “lancer dès à présent un large débat, en toute transparence et ouvert à tous les polytechniciens, en vue d’aboutir à un consensus quant aux décisions et orientations futures à prendre pour l’école”.
Par :Rubrique Radar
Source: Liberte du 30.06.2009


=====================================================
Monsieur le Président,
L’Ecole Nationale Polytechnique d’Alger est le fleuron et la fierté de l’Algérie. Dans les meilleurs comme dans les pires moments de notre histoire contemporaine, elle a su –et saura– être à la hauteur de sa mission première : former l’élite et les cadres citoyens dont l’Algérie a tant besoin.

Elle constitue un formidable réservoir de connaissances et de compétences pour les entreprises, les universités et les institutions du pays. Les diplômés de l’école travaillent pour de grandes entreprises ou enseignent dans de prestigieuses universités, à l’intérieur du pays et aux quatre coins du globe, leur valeur étant reconnue de par le monde.

Si l’école a su traverser les décennies pour accomplir sa vocation, c’est avant tout grâce à son identité propre qui lui a permis de former cet Ingénieur généraliste qu’est le Polytechnicien. Cette identité polytechnicienne est l’aboutissement d’un savoir-faire unique dans notre pays acquis au fil de plusieurs générations. C’est le fruit d’un travail de capitalisation, de collaboration et de transfert de connaissances et d’expériences entre tous les acteurs de l’école. Une identité forte, immuable et inébranlable.

Parmi les clés qui ont fait le succès de L’Ecole Nationale Polytechnique, l’incroyable force générée par l’échange d’idées et de compétences grâce à la coexistence de plusieurs spécialités : du Génie Electrique, ses filières d’Automatique, d’Electronique et d’Electrotechnique, au Génie Industriel, Génie Chimique, Génie Civil et Génie Mécanique en passant par le Génie Minier, l’Hydraulique, le Génie de l'Environnement et la Métallurgie.

Aussi, le département des Sciences Fondamentales (équivalent aux classes préparatoires intégrées) est une spécificité polytechnicienne qui permet de préparer au mieux l’étudiant à aborder la spécialité qu’il choisira. Ce département fournit les bases nécessaires dans différentes disciplines techniques, et son lien étroit avec les départements de spécialisation constitue une des forces majeures de l’école.

C’est donc avec stupeur que nous avons appris, via les médias nationaux, que les classes préparatoires intégrées de l’Ecole Nationale Polytechnique n’apparaissent plus parmi les choix possibles dans le guide du nouveau bachelier 2009. Cette information est également confirmée dans la circulaire Ministérielle relative à la préinscription et l’orientation des titulaires du Baccalauréat 2009. Cette décision touchant l’intégrité de notre école, et dont nous ne comprenons ni la nature ni les motivations, a été imposée sans aucune transparence ni concertation avec les principaux concernés : les polytechniciens eux mêmes.

Face à cette situation, nous -étudiants, diplômés et enseignants de l’Ecole Nationale Polytechnique- avons décidé de nous réunir afin de défendre notre école, et nous vous adressons cette lettre ouverte dans laquelle nous vous appelons à intervenir en vue de prendre en urgence une série de mesures :

1- Geler la décision visant à supprimer le département des Sciences Fondamentales (classes préparatoires intégrées) ;
2- Inclure les classes préparatoires intégrées de l’Ecole Nationale Polytechnique dans la liste des choix du guide du nouveau bachelier 2009 ;
3- Maintenir en place tous les départements de spécialisation sans exception ;
4- Lancer dès à présent un large débat, en toute transparence et ouvert à tous les polytechniciens, en vue d’aboutir à un consensus quant aux décisions et orientations futures à prendre pour l’école ;

Monsieur le Président, l’Ecole Nationale Polytechnique d’Alger est notre bien à toutes et à tous. Elle est le phare de l'excellence scientifique de notre pays, un patrimoine inestimable et désormais menacé, qu'il nous faut préserver à tout prix. C’est pour cette raison que nous prenons aujourd'hui nos responsabilités, et nous nous plaçons sous votre haute bienveillance, afin que nous puissions prendre ensemble les décisions qui seront les meilleures pour l’avenir de notre école.

Dans l'attente d'un signe fort de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations les plus respectueuses.

Collectif « Touche pas à mon Ecole Polytechnique d’Alger ! »
(constitué de plus de 580 étudiants, diplômés et enseignants de l’ENP)
Source: http://www.gopetition.com/online/28884.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ecole polytechnique d’Alger - The End...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (75) Catalogue de la bibliothèque de l'Ecole Polytechnique
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Ecole de TENNIS pour nos enfants
» Ecole Steiner: gros dilemne
» abonnement Ecole des Loisirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: