AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ben-Choud sombre dans l'oubli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salim
Fondateur du Forum


Masculin Nombre de messages : 3348
Localisation : Dellys - Algérie
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Ben-Choud sombre dans l'oubli   Mer Juil 09 2008, 13:21

Benchoud sombre dans l’oubli


Benchoud, une commune de l’est de Boumerdès dont le nom est étroitement lié aux activités terroristes.

La dégradation de la situation sécuritaire dans cette région s’est sensiblement répercutée sur le développement local. Surtout que cette petite commune rurale, jadis paisible, a alimenté les maquis terroristes en grand nombre.

Sa population, qui continue de subir les conséquences des années de braises, réclame un peu plus d’égards et veut sortir du sous-développement et du marasme qui la laminent. « Ici, il n’y a rien. Nous n’avons ni projet ni budget, et nonobstant ses fortes potentialités, notre commune demeure la plus pauvre de toute la wilaya », lance un quinquagénaire avec déception.

Benchoud est connue pour être une commune à vocation agricole, mais faute d’une volonté de développer l’agriculture, les fellahs subissent les retombées d’un abandon qui ne dit pas son nom. « Je n’ai pas compris pourquoi les pouvoirs publics mentent, en déclarant que l’Etat aide les agriculteurs.

Dites qu’à Benchoud l’agriculteur est ignoré. Il ne bénéficie ni d’aides, ni d’égards. Au contraire il est livré au diktat des groupes mafieux et terroristes qui lui subtilisent le fruit de son travail », dit un fellah de la commune. Cette phrase exprime fidèlement l’état d’esprit d’une population ne croyant plus aux discours des responsables. « Les fertilisants sont introuvables sur le marché. Et sans engrais, on ne peut rien récolter », disent les fellahs. « Le problème, c’est que la population ici ne se plaint pas et ne réclame pas ses droits », tempête un adolescent qui déplore l’absence d’un cybercafé et d’une maison de jeunes. Il existait pourtant une maison de jeunes au chef-lieu de la commune, avant. Elle a été fermée suite à la dégradation de la situation sécuritaire.

Dans cette commune la liste des insuffisances et des doléances est si longue que même les citoyens se lassent d’en parler. « A quoi sert de vous raconter tous nos problèmes, lorsque je sais qu’ils ne trouveront jamais de solutions ? », dit Âmmi Boualem. Saïd, un autre habitant de Benchoud, soulève d’autres difficultés. « Nos femmes parcourent plus de 12 km pour accoucher. Il faut les évacuer à Dellys.

Une officine vient tout juste d’ouvrir ici. Avant il fallait se rendre dans les villes voisines pour une boite de paracétamol. Nos routes ne sont pas revêtues depuis l’indépendance, et la poussière fait partie de notre quotidien. Les logements sont attribués sans qu’ils ne soient raccordés au réseau d’électricité », déclarent les citoyens à Benchoud. « Ici, notre plus grand problème c’est l’emploi », fulmine un jeune chômeur assis devant un café.

La seule activité qui absorbe le chômage à Benchoud est l’extraction du sable des oueds. Officiellement elle est interdite, mais l’oued Sébaou n’en finit pas d’être profané. « Ceux qui ont opté pour une aide dans le cadre du dispositif FNDRA et de l’ANSEJ n’ont pas réussi », nous apprennent les jeunes de Benchoud. Les dossiers formulés (13 FNDRA et une trentaine dans le cadre de l’ANSEJ) ont tous été rejetés.

Même les deux entreprises qui y sont implantées, à savoir Sonipec et l’unité de carrelage, sont fermées. « Ici, isl est difficile de rencontrer le P/APC, il reçoit uniquement les siens et ceux qui lui ont fait de la ‘‘publicité’’ lors des dernières joutes électorales », déclare Saïd qui souligne que moins de 20% de la population avaient voté à Benchoud lors des dernières élections locales. La « gestion approximative » des affaires de la commune est vivement critiquée ici. En effet, depuis quelque temps, le chef-lieu fait l’objet d’interminables chantiers à cause des travaux de raccordement de gaz de ville qui n’en finissent pas. Chaussées défoncées, voies éventrées, nids-de-poule et eaux usées se déversant dans des terres agricoles forment une partie du lot d’incommodités quotidiennes qui alourdissent les journées des habitants de Benchoud.

Au niveau des villages, notamment à Benharcha et Baâdchia la population subit de plein fouet les fréquentes et longues coupures d’eau. À Ouled Khedache, les habitants réclament l’ouverture du centre de soins et se plaignent de la lente progression des travaux de réaménagement qui ont trop duré. Sollicité, le P/APC, d’obédience FLN, s’est abstenu à toute déclaration en nous faisant savoir qu’il était « très occupé ».

Par Ramdane Koubabi

Source : El - Watan du Mardi 08 Juillet 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dellys.superforum.fr
 
Ben-Choud sombre dans l'oubli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actualités Saidéennes (El-Watan)
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» A quel age dans la Loola ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACTUALITES-
Sauter vers: